Soutenez l’art et la recherche !

Les 10 sculptures en forme de cerveau géant sont en vente ! Pour chaque sculpture, la moitié des fonds collectés reviendra à l’artiste et l’autre moitié sera reversée à un projet de recherche sur les maladies neurodégénératives. Vous trouverez ci-dessous plus d’informations concernant la vente, les sculptures et le projet de recherche qui sera financé.

À propos de la vente

  • Prix : 8000€ pièce
  • Les sculptures seront en vente pendant toute la durée de l’exposition, du 15 septembre au 6 octobre
  • Prévente possible par e-mail
  • Les photos des sculptures finies seront disponibles pour les acheteurs potentiels dès la première semaine de septembre
  • La livraison chez l’acquéreur est incluse au Luxembourg

À propos de la sculpture

Chaque sculpture est en forme de cerveau humain géant au design contemporain.

  • Matériel : fibre de verre résistante au feu et aux intempéries
  • Dimensions du socle en béton : 2 x 1,5 mètres
  • Hauteur totale de la sculpture (socle et cerveau) : environ 2 mètres
  • Poids : environ 1600 kilogrammes
3d miniature brain with measurements

Le projet de recherche financé

La moitié des fonds collectés financera un projet de recherche sur les maladies neurodégénératives. Le projet dirigé par le professeur Enrico Glaab, intitulé « Systems-level investigation of early molecular changes in Parkinson’s disease using miniaturized three-dimensional human midbrain models », a pour but d’étudier les changements qui se produisent de façon précoce au niveau cellulaire dans la maladie de Parkinson. L’objectif est de découvrir des biomarqueurs qui aideront à diagnostiquer la maladie plus tôt, lorsqu’elle est encore asymptomatique, et de trouver de nouvelles cibles pour de futures médicaments.

Malgré les récentes découvertes sur les facteurs de risque génétiques et les mutations liées à la maladie de Parkinson, les causes exactes de cette maladie restent inconnues et il n’existe aucun traitement curatif. Les traitements existant visent uniquement à soulager certains des symptômes.

Pour mieux comprendre les changements qui surviennent au début de la maladie, les chercheurs développeront des cultures cellulaires tridimensionnelles miniaturisées représentant le mésencéphale, la des régions du cerveau la plus touchée par la maladie de Parkinson. Ces cultures cellulaires, également appelées organoïdes, seront porteuses de mutations génétiques responsables de certaines formes familiales de la maladie de Parkinson. Elles constitueront ainsi un modèle représentant la maladie. À travers des expériences sur ces organoïdes et de la modélisation informatique, les scientifiques étudieront les changements précoces qui se produisent au niveau de ces cellules, en se concentrant plus particulièrement sur l’activité des gènes. Leurs travaux pourraient permettre la mise au point de methods pour un diagnostic précoce et conduire à de nouveaux traitements.